FAUT-IL CROIRE LES MIMES SUR PAROLE ?

FAUT-IL CROIRE LES MIMES SUR PAROLE ?

Conduit par un style tout en nuance, qui vous fait avancer l’air de rien de glissements de sens en associations de mots et d’idées, le lecteur ne sort pas indemne de ces nouvelles… et les personnages de Robinet non plus ! La vie de famille se révèle être une émouvante et terrible mascarade, les instants de gloire ne sont jamais ceux que l’on croit… sous les apparences, les mots vont débusquer de bien profondes lézardes.

Erzählband, 252 Seiten. Au Diable Vauvert, 2007

Publicités